sperada

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2015

SAINT LAURENT DU VAR: LE PATRIMOINE HISTORIQUE

LE MOULIN DES PUGETS A SAINT LAURENT DU VAR.JPG

A propos du sort incertain du Moulin des Pugets, les élus de toute tendance ont évoqué, de manière consensuelle, dans une récente réunion du conseil municipal, le patrimoine historique de Saint Laurent du Var. L’occasion de rappeler l’existence de monuments et de vestiges qui témoignent du riche passé de la commune.

Suite à l’inventaire des monuments historiques que j’ai effectué en 1977 pour l’administration, j’avais signalé un ensemble digne de susciter l’intérêt des amateurs du patrimoine de la commune, en voici le texte :

« POUR LE VIEUX VILLAGE:

- l'Eglise romane et le mur voisin du monastère (XIème), à l’intérieur, reliquaire de Saint Benoît (XVIIème).

- un encadrement de porte du XIVème (maison sise rue des Remparts, derrière l'Eglise).

- quelques vieilles maisons dans l'îlot antérieur au XVème:

- Maison Giauffer, rue des Gueyeurs

- Maison Tordo (remaniée au XVIIIème)

- Maison d'angle rue Suchet, rue Ferraretto

- les pontis (passages couverts) rue Ferraretto, Place Mayen.

- des maisons du XVème, XVIème et postérieures:

- Maison Bernardi, angle rue du Var avenue des Pugets, avec une curieuse tourelle pigeonnier sur le toit.

- L'ancienne boulangerie (maison commune), place de la Fontaine.

- Une élégante maison décrépie (angle rue Honoré Geoffroy et rue Oliviéri).

- L'ancien relais de poste, carrefour Saint-Antoine Desjobert.

- La maison Berenger avec ses escaliers décorés de fresques (rue Desjobert).

- Quelques très anciennes demeures et granges, Impasse Roubion.

POUR LES QUARTIERS SUD:

- Rue de l'Ancien Pont, un ensemble de maisons du XVIIIème et du XIXème:

- Maison Giraud (poste de garde)

- Maison Cléricy

- Ancien octroi avec son entrée bourgeoise

- « Le Castéou » Une grande maison cubique sur une surélévation (déjà figurée au XVIIIème)

 - Sous celle-ci, un ancien atelier de ferronnerie dans d'anciennes écuries, proches de prisons voûtées

- Le pilier du pont près du gymnase.

- Rue du Général Leclerc: la maison Trastour (ancien four), typique avec murs en museaux de chats (en galets roulés du Var).

- La croix de mission de 1771 devant la chapelle des Sept Douleurs.

- Les oliviers plusieurs fois centenaires de la propriété Bonin (ancien bien des évêques de Vence).

- L'ancien cimetière Saint Antoine (avenue Fanhestock) avec les tombes des familles Pisani, Valazé, Desjobert, Châteaugiron, ainsi que des vieilles familles de souche laurentine.

AU NORD:

- La chapelle Notre-Dame des Neiges (ancien siège des Pénitents noirs), avec ses fresques baroques (propriété de M." Bonnefous, rue des Anciens Combattants en A.F.N.)

- La briqueterie Faraud (XVIIIème), témoignage du passé artisanal (quartier des Pugets).

- Le moulin des Pugets (début XVIIIème) (propriété Martin).

- Les ruines du château de la Tour.

- La chapelle Sainte-Pétronille.

.Cet ensemble constitue un témoignage bien mince en regard du riche passé de Saint-Laurent. Aussi serait-il souhaitable de le protéger afin d'en conserver quelques traces pour les futures générations.

Par la suite et jusqu’à ce jour, aucun de ces monuments ou vestiges n’a été retenu pour être « classé » sur la liste des « Monuments historiques » de notre pays expliquant ainsi la disparition progressive de ces témoignages du passé. L’urbanisation intensive du territoire communal de ces dernières décades a négligé les vestiges du passé, inclus le plus souvent dans le domaine privé. Le souci de restaurer les édifices anciens au goût du jour a accéléré la disparition des peintures, fresques, inscriptions, gravures, dates recouvertes par le nouveau crépi.

Quels monuments, bâtiments, édifices composent aujourd'hui le patrimoine laurentin?

Indubitablement l’église romane du XIème siècle avec son clocher et le mur de l’ancien Hospice du XIIème siècle jouxtant son entrée.

L’ensemble du  « Vieux Village » pour son architecture du XIIème et XVème siècles.

Le vieux cimetière Saint Antoine avec les tombes des grandes familles du lieu, enserré dans un mur en museaux de chats (corniche Fanhestock) typique des premières constructions laurentines.

Quels sont ceux qui ont disparu ces 30 dernières années?

Les quelques très anciennes demeures et granges, Impasse Roubion.

La Maison Giraud (poste de garde)

La maison Trastour (ancien four), typique en galets du Var, recouverte d’un crépi dévastateur.

La chapelle Notre-Dame des Neiges, avec ses fresques baroques, rue des Anciens Combattants en A.F.N.), détruite lors de l’implantation d’un immeuble.

La briqueterie Faraud (XVIIIème), témoignage du passé artisanal (quartier des Pugets), détruite à la création du stade.

Quels sont ceux qui sont préservés?

L’Eglise romane et le mur voisin du monastère (XIème et XIIème siècle), à l’intérieur, le reliquaire de Saint Benoît (XVIIème).

Un encadrement de porte du XVème (maison sise rue des Remparts, derrière l'Eglise).

Quelques vieilles maisons du « Vieux Village » dans l'îlot antérieur au XVème:

- Maison Giauffer, rue des Gueyeurs

- Maison Tordo (remaniée au XVIIIème)

- Maison d'angle rue Suchet, rue Ferraretto

- les passages couverts rue Ferraretto, Place Mayen.

Quelques maisons du XVème, XVIème et postérieures:

- Maison Bernardi, angle rue du Var avenue des Pugets, avec une curieuse tourelle pigeonnier sur le toit.

- L'ancienne boulangerie (maison commune), place de la Fontaine.

- Une élégante maison décrépie (angle rue Honoré Geoffroy et rue Oliviéri).

- L'ancien relais de poste (rénové), carrefour Saint-Antoine Desjobert.

- La maison Berenger avec ses escaliers décorés de fresques (rue Desjobert).

- Rue de l'Ancien Pont, un ensemble de maisons du XVIIIème et du XIXème, rénovées et recrépies ce qui a  effacé les intitulés de chacune

- Maison Giraud (poste de garde)

- Maison Cléricy

- Ancien octroi avec son entrée bourgeoise

- Une grande maison cubique dite « lou Castéou » sur une surélévation (déjà figurée au XVIIIème)

 - Sous celle-ci, un ancien atelier de ferronnerie dans d'anciennes écuries, proches de prisons voûtées

-Le pilier du « Pont des Français », Esplanade du Levant (angle du Gymnase), sauvé grâce à l’intervention de M. Bailet conseiller municipal.

- La croix de mission de 1771 devant la chapelle des Sept Douleurs.

Un bouquet d’oliviers plusieurs fois centenaires de la propriété Bonin (ancien bien des évêques de Vence).

- L'ancien cimetière avec les tombes des familles Pisani, Valazé, Desjobert, Châteaugiron, ainsi que des vieilles familles de souche laurentine.

AU NORD:

- Le moulin des Pugets (1702, aujourd’hui dévolu à la Municipalité).

- Une partie des ruines indivises du château de la Tour, après la construction d’une villa sur le site.

- La chapelle Sainte-Pétronille, déjà malheureusement « rénovée » dans les années soixante.

Saint Laurent du Var l’ancienne « Porte de France », avant le rattachement du Comté de Nice  en 1860, sentinelle avancée au bord du Var à l’extrémité de notre pays conserve encore quelques témoignages de son glorieux passé comme les remparts et fondations des tours soutenant le village vers le Var (Parc Layet), le site rappelle sa fonction au-delà des vestiges oubliés et quelquefois disparus.

Pour en savoir plus : consulter Le site de « Saint Laurent du Var- Histoire », tenu par l’historien Edmond ROSSI :

 

http://saintlaurentduvarhistoire.hautetfort.com/

 

19/03/2015

APERÇU HISTORIQUE SUR LE QUARTIER DES PUGETS (1ère partie)

 

histoire

Le quartier des Pugets situé au nord de la Commune est un lieu riche en témoignages divers du passé.

Il l'est par son nom cité à diverses reprises depuis le haut moyen-âge jusqu'à nos jours, par les quelques vestiges encore épargnés par l'urbanisation envahissante, par son étendue géographique, puisqu'il recouvre deux communes successives, Saint Laurent et la Gaude. Depuis Saint-Laurent village nous avons du Sud au Nord: Les quartiers des Pugets, La Tuilière, le Puget des Crottes, La Tour, les Crottes Mondoucot et Ste Pétronille la Baronne au nord de la Tour. Les terrains plats du pied des collines au Var constituaient dans le passé les Iscles.

Selon E. BONIFFACY, l'étymologie du Puget viendrait du latin pugetum signifiant monticule, devenu poggeto en Italien, le nom ancien du quartier était PUGET TREIZE DAMES (sans explication).

D'après les archives départementales, son appellation a varié au cours du temps: PUGET TREIZE DAMES, PUGET LA BARONNE, PUGETONO, POJETO.

C'est effectivement sur une colline que s'élevait le PUGET TREIZE DAMES avant sa destruction lointaine au cours des guerres du Moyen Age.

S'agissait-il d'un hameau faisant suite à un poste d'observation établi par les Romains, succédant à une enceinte celto-ligure? Faute de découverte précise, nous en sommes réduits aux hypothèses.

Le territoire est cité comme terre seigneuriale en 1235.

L'enquête de 1252 de Charles d'Anjou révèle 30 feux minimums soit en environ 195 habitants (260 pour Saint Laurent), même chiffres pour l'enquête précédente de 1249.

Il est désigné dans les plus anciens actes sous le nom de « locus inhabitatus de Pugeto » et de « Castrum Pugetono tresdecim dominarum ».

Existait-il dès cette époque un château dans ce lieux? L 'hypothèse est confirmée par l'étude « CASTRA DIRUPTA » de L. CAPPATTI (1955).

Ce fut un fief du célèbre ROMEE de VILLENEUVE et de ses descendants. L'un d'eux NICOLAS en fit hommage en même temps que de la Gaude le 29 août 1480 à Charles III.

Vers cette époque le fief fut divisé car on apprend que François de Villeneuve, fils de Hugues, en fit hommage le 4 février 1510, Pierre, fils de Nicolas faisant de même le 6 décembre 1519 par-devant le Comte de Tende, Gouverneur de Provence.

Antoine de Gréolières, successeur de Nicolas, le vendit le 8 décembre 1549 à Antoine PORTANIER, Coseigneur de Cagnes. Claude et Honoré PORTANIER, fils et petits-fils d'Antoine portèrent le titre de Seigneur de Puget après 1600.

Néanmoins, Claude de Villeneuve, baron de Vence, était seigneur du Puget en 1573 et tous ces descendants de la branche de Vence l'ont possédé jusqu'à la Révolution sous le nom de fief du Puget de la Baronne, ou de Puget de Monsieur de Vence.

Il faut admettre la division du fief en plusieurs territoires distincts en rapport avec son étendue.

E. BONIFF ACY nous rapporte également que les Archives de LA GAUDE révèlent un autre fief en rapport avec le Puget, désigné sous le nom de PUGET SAINT CEZARY qui appartenait en 1700 à Monsieur de Saint Laurent.

Cette appellation proviendrait d'une propriété des Villeneuve St. Cézaire, branche descendante de RENAUD, fils de HUGUES, son arrière-petit-fils HONORE, seigneur de BOURRIGAILE, ST.CEZAIRE, LE PUGET, SERANON, et partie de MALVANS devint Sénéchal de GRASSE et dut vendre son fief à la famille PISANI, Seigneur de Saint Laurent.

C'est le bas PUGET ou PUGET de la TOUR, indiqué sur une carte du XVIIIème siècle par un « Pavillon » puis comme une maison de campagne du seigneur de Saint Laurent au XVIIIème siècle, il reste encore quelques vestiges de ce château.

On y voyait aussi au voisinage une chapelle aujourd'hui disparue, citée dans le « POUILLÉ » (inventaire des biens ecclésiastiques de PROVENCE par CLOUZOT) « LE BENEFICIA de SANCTO JOHANNE et de PUGETO » sans date définie.

M. G. DOUBLET dans une étude sur les paroisses du Canton de Cagnes (ANN. SOC. LET. SC. et ARTS des A.M. 1903) indique la Chapelle St. Jean Baptiste à la terre de Puget, mentionnée en 1719 par BOURCHENU près du château de Puget, ouverte et abandonnée, les ennemis ayant tout enlevé. H. BOUCHE indique en 1667 La Paroisse de Peton (Castrum de Pognon, lieu déserté).

Le même BOURCHENU signalait en 1715 une chapelle « voisine de la « Bastide » de Monsieur de Saint Laurent appelée la Tour du Puget » il ajoutait « elle est ouverte, n'a point de tableau et a été ruinée par la dernière guerre ». S'agit-il de la même ?

Plus tard en 1726, il note la chapelle St. Jean « au haut Puget, refaite par Pisani, seigneur de Saint Laurent ».

Selon BONIFFACY, cette Chapelle St. Jean-Baptiste a dû être le centre d'un important groupement « si l'on en juge par la quantité d'ossements humains trouvés autour de ses ruines » (témoignage en 1912 relatif à la propriété au Puget de Francis Nirascou, de St. Jeannet).

D'après ces relations, il apparaît que le château et la chapelle formaient un ensemble servant de point d'appui à une communauté humaine très ancienne et fort nombreuse.

Cette communauté fut, parait-il, longtemps autonome, elle était affouagée 1/16 de feu mais elle ne formait pas paroisse, étant rattachée ecclésiastiquement à LA GAUDE, dont elle constituait une annexe.

La population se composait des fermiers de la BARONNE et du « jardin du Bas Puget ».

En plus de ces fiefs nobles, ces territoire comprenaient des biens roturiers partagés entre 160 propriétaires, dont une centaine de St. Jeannet, 46 de la Gaude et seulement 15 de Saint Laurent. Sa production essentielle était un vin très estimé.

En 1790, la Commune de St. Jeannet envisagea d'annexer la Communauté sur l'initiative de son Maire François AUZIERE, notaire (royal) du village. Les mêmes intentions naquirent à La Gaude avec le prétexte que le Puget dépendait de sa paroisse.

Aussi, les administrateurs du district convoquèrent « les citoyens actifs possédant bien du territoire du Puget » pour délibérer sur une abdication d'indépendance qui ne leur apportait sans doute que peu d'avantages. Ceux-ci, réunis le 20 juillet 1790 à la Baronne dans la bastide de Jean Martel « délibérèrent par 77 suffrages que le territoire de Puget Treize Dames serait joint au territoire de St. Jeannet contre 41 qui furent d'avis de le joindre au territoire de La Gaude ». Mais la commune ne fut « annexée » ni à St. Jeannet ni à La Gaude, mais bien à Saint Laurent!

Les deux parties évincées ne se résignèrent pas puisque le 18 février 1791, une délibération du Conseil s'adressait... « A l'Auguste Assemblée Nationale pour amener la révocation de l'arrêté du Département du Var et la supplier de prononcer l'annexion à celui de La Gaude », ce qui eut pour résultat partiel de faire attribuer le quartier de La Baronne (Haut Puget) à cette Commune.

Un inventaire administratif des biens de la Communauté établi en 1791 précise les cultures pratiquées à cette époque, essentiellement l'olivier suivi de la vigne et quelques rares mûriers, orangers et figuiers.

Dans ce même quartier de La Baronne, sur la partie gaudoise, au départ du chemin communal reliant la N. 209 à la D. 118, nous avons remarqué à droite une ancienne « bastide » avec une élégante fenêtre aveugle du XVeme, ayant conservé son encadrement et son linteau blasonné, et sur la partie laurentine se dresse à quelques dizaines de mètres de la RN 209, sur une éminence, la Chapelle Ste PETRONILLE.

C'était selon E. BONIFFACY une annexe du prieuré de La Gaude dépendant du Chapitre de Vence. Elle est citée par Mgr BOURCHENU en 1716, située sur le chemin du Broc à Saint Laurent « au territoire du Puget Treize Dames sur le Var, annexe du prieuré de La Gaude ». Elle avait alors un tableau représentant la Vierge tenant l'enfant Jésus, en dessous, Ste Pétronille et St. Jean Baptiste. En 1719, un tableau avec le Saint et la Sainte est également mentionné (M.G. DOUBLET: Etude sur les paroisses du canton de Vence). En 1726, elle n'était point réparée.

MADAILLAN la cite en 1771 située « sur les bords du Var ». Comme bien de l'Eglise elle fut confisquée au moment de la Révolution, elle était jusqu'alors un lieu de pèlerinage très fréquenté le 31 mai par les paroissiens de St. Jeannet, La Gaude et Saint Laurent.

D'après BONIFFACY, ces manifestations pieuses à l'origine dégénérèrent à la longue. Ainsi on rapporte qu'un habitant de la Gaude, J.B. BERENGER, y fut tué d'un coup de fusil le 31 mai 1763 au cours d'un de ces pèlerinages où le petit vin du cru coulait à flot et où les rixes éclataient pour le moindre prétexte. (Registre des décès de La Gaude, 1er juin 1763). Les désordres se perpétuèrent chaque année: une bataille en clôtura la série le 31 mai 1821.

L'actuelle Chapelle a été l'objet d'une restauration maladroite en 1960 à l'initiative coupable de l'Abbé ISNARDY, ayant perdu de ce fait, excepté le toit, tout caractère d'authenticité.

Connaître le passé de Saint Laurent du Var grâce à «Saint Laurent du Var à travers l’Histoire» (Alandis-éditions Cannes), pour commander cet ouvrage illustré et dédicacé de 17 € : téléphoner au 04 93 24 86 55

Connaître le passé de la région des Alpes Maritimes ?

Cliquez sur http://pays-d-azur.hautetfort.com

 

06/03/2015

SAINT LAURENT DU VAR: L'ACTE D'HABITATION DE 1468

8.jpg

L'ACTE D'HABITATION DU 16 MAI 1468,

APRÈS L'ÉPIDÉMIE DE PESTE ET AUTRES CALAMITÉS

 

 Exposé à tous les dangers, ravages par les guerres, dévastées par les inondations du Var, l’antique castrum d’Agrimont, le futur Saint Laurent du Var, voyant encore sa population réduite à néant par le redoutable fléau de la peste fait appel à un repeuplement à l’initiative de son seigneur l’évêque de Vence.

 

L’acte d’habitation de Saint Laurent du Var est loin d’être unique puisque ce mode de repeuplement, sous la forme d’un bail emphytéotique, a été établi avec des familles d’origine italiennes: à Mons en 1260 et 1468, à La Gaude en 1338, à Cipières et Caussols en 1368, à La Napoule en 1461, à Biot en 1470, à Mouans Sartoux, Le Tignet et Cabris en 1496, de nouveau à La Napoule en 1623 et 1709 et enfin à Mandelieu en 1706.

 

Les pages suivantes précisent à plusieurs reprises, dans le jargon des notaires du XVème, les droits acquis par les emphitéotes "Lazarin Viani & Bertin Braqui présents lors de la signature.

 

« Au nom de notre seigneur Jésus Christ ainsi soit il. L'an de la nativité du seigneur 1468 et le 16ème jour du mois de may sachent tous présents et avenir que le Révérend Père en Jésus Christ Monseigneur Raphaël par la miséricorde de Dieu Evêque de Vence et les Vénérables Messires Loüis Marini & Raphaël Hoandis chanoines de l'Eglise cathédrale de la cité de Vence, capitulans et tenans leur chapitre dans la maison épiscopale et dans la chambre de parlement au son de la cloche selon la coutume, les autres Mrs les chanoines étant absents hors du diocèse de Vence, pour le bien, l'utilité et l'augmentation de ladite maison Episcopale & ledit Révérend Seigneur Evêque & ses successeurs dorénavant & considérant que le lieu d'Agrimont ou soit l'hôpital du Var du Diocèse de Vence est inhabité & qu'à cause de l'inhabitation tombe dans un grand danger et intérest de ladite maison épiscopale et du seigneur évêque et ses successeurs, et que le terroir dudit lieu inhabité avec le passage, pâturages, Bancs, tavernes, dixmes dudit lieu inhabité & aussy le dixme du lieu de Cagne, avec la Barque et Batteau qui sont sur le fleuve du Var pour le passage des personnes et Bestiaux de l'évêque de Vence ont accoutumé d'etre arrentées tous les ans pour deux cent et dix florins & plusieurs fois Beaucoup moins & comme ledit Révérend Seigneur Evêque et lesdits Mrs les chanoines cherchent l'utilité, le bien et augmentation de ladite maison Episcopale, ainsi qu'ils sont obligés, ont trouvé plusieurs hommes qui veulent et désirent habiter audit terroir avec leurs

 

familles, Etablir et Edifier un village audit terroir et y habiter à perpétuité avec leurs familles, à scavoir au nombre de trente et peut être davantage, et agréger ledit terroir d'arbres fruitiers & arracher les Infructueux suivant leur pouvoir et prêter homage audit Révérend Seigneur Evêque de Vence et à ses successeurs, et pour tout le terroir, passages, pâturages, herbages, Bocage, et autres Revenus payer tous les ans audit Révérend Seigneur Evêque et à ses successeurs le service de deux cents cinquante florins, gouverner et conduire la Barque et Batteau, ainsy qu'ont accoutumé de faire jusqu'à présent les fermiers du terroir du Lieu d'Agrimont ; Réservé audit Seigneur Evêque et ses successeurs la majeure directe, domaine et seigneurie dudit terroir, à scavoir en interposant les lauds et apercevant les treizins, et les dixmes dudit terroir, ainsy qu'il est dit cy après, et les dixmes dudit lieu de Cagne. De là est que convoque les susdit vénérable Chapitre au lieu que dessus donnant leur consentement et volonté audit Révérend Seigneur Evêque pour faire, donner, accorder, et promettre toutes et chacunes choses cy après Ecrites de sa Bonne foy et accordé à nouveau bail & Emphiteose perpetuel, et à titre de rente à Làzarin Viany et Bertin Braqui de la vallée D'Oneille diocèse d'Arbengue la presente, & tant en leurs noms propres et de leurs successeurs qu'au lieu et comme procureurs d'Antoine Carens, Etienne Carens, Jean Masse, Philippe Masse, à feu George, Marequet Icard, Lazare Braquy, Raphael Berton Gleize George de Ulzainonne aussy de ladite vallée de loca, de la vallée d'Oneille supérieure, Etienne Viany de ladite vallée d'Ulzainonne, aussy de la vallée & Philippe Aimerie à feu Dominique d'Antoine, Aimerie de feu Termy, de Guillaume Aimerie de feu Berton, de Christo Marii, aussy de la vallée d'Oneille, d'Antoine Constans, paroissant de leur procuration et pouvoir par un acte public reçu et signé par Me Ruphin Merizany notaire public du lieu de Nanu septième du mois de mars mil quatre cens soixante huit jour de samedy indition première, et aussy au lieu et nom de tous et chacuns quy voudront choisir et nommer jusqu'à trente habitants, s'ils en veulent prendre, presens et acceptants sous les pactes, chefs et prétentions cy après Ecrittes, tout le terroir dudit Lieu inhabité d'Agrimont, & hopital de St. Laurent du fleuve du Var à scavoir depuis ledit fleuve du Var, jusqu'au terroir du lieu de Cagne, de la mer jusqu'au terroir du puget et autres confronts et termes plus veritables sy aucuns y en a, avec tous les édifices des Maisons et logements et autres quelconques, construits et édifiés audit terroir, & aussy avec les herbages, Bocages, passages, Pâturages, et autres Emoluments dudit terroir (franc et libre à présent audit Révérend Seigneur Evêque en vertu de la donnation à nouveau bail le service susdit) Item la Barque et Batteau avec tous leurs Engeins sur le fleuve du Var, suivant la Convention et coutume de la Barque avec les Emoluments proffits et Charges qu'on a accoutumé de prendre pour la Barque le Batteau et non autrement pour avoir, tenir, posséder, donner, accorder, vendre, Engager, ou obliger perpétuellement louer et aliéner a quelque titre d'aliénation que ce soit, et à toute personne qu'ils voudront et faire tout ce qu'il leur plaira auxdits nouveaux emphitéotes, & leurs successeurs et héritiers à l’avenir, Excepté à Gens de guerre, lieux et personnes Religieuses, Juifs et autres personnes deffendû par le droit, sauf seulement et réservé dès à présent et à toujours au susdit Réverend Seigneur Evêque et à ses successeurs, et à ladite Eglise, la majeure directe domaine, seigneurie dudit terroir et terres, preds, maisons, Casaux, jardins et autres choses quelconques Immeubles situées et construites au même terroir en interposant les lauds et apercevant les treizeins, toutes et quantes fois lesdites maisons, Casaux, preds, jardins, vignes, terres et autres choses viendront à etre vendues de personne en personne comme il est plus amplement déclaré cy après & sauf réserve audit Révérend Seigneur Evêque et à ses successeurs le cens annuel ou soit service qu'il retient et interpose de nouveau sur ledit terroir et ses droits et appartenences à scavoir de deux cent cinquante florins monoye courante, chaque florin conté pour trente deux sols des petits payables chaque année par lesdits emphitéotes en quatre Payements à scavoir au premier février ainsi qu'en mars, août et septembre soixante deux florins Et six gros, en continuant ainsy lesdits payements toutes les années à perpétuité.

 

Lazarin Viani et Bertin Braqui présents, et auxdits noms que dessus stipulans et acceptant tous les droits actions et raisons réelles et personnelles, mixtes, utiles et directes, pétitoires, peremptoires, perpétuelles et temporelles et toutes et chacunes les autres que ledit Révérend Seigneur Evêque a et peut avoir & pourrait avoir & en quelque manière qui luy competent & puissent et doivent luy compéter sur ledit terroir".

L’acte est signé par Raphaël Monso, évêque de Vence, et Lazarin Viani et Bertin Braqui, représentants de trente familles venues d'Oneglia, diocèse d'Albenga.

Quelques noms de ces nouveaux Laurentins apparaissent à la lecture de l’acte.

Signalée également par l’historien Tisserant (1860) la famille Pisani :

"Parmi les trente familles venues d'Oneille et d'Albenga se trouvaient les Pisani, dont les descendants achetèrent des évêques de Vence le fief de Saint-Laurent (1692) et devinrent Seigneurs de Saint-Laurent, de Puget-Treize-Dames et de La Gaude" .

Il précise par ailleurs : "L’héritière des Villeneuve-Thorenc Marie de Villeneuve-La Gaude épousa Jacques Pisani de Saint-Laurent-du- Var et de Puget (1706) ".  Ce Jacques Pisani, seigneur des Pugets se disait issu de la famille noble de Pisani, «établie à Messine.

Le même auteur écrit en 1869:"Parmi les trente familles (d'Oneille et d'Albenga) était le notaire Pisani."

Anoblis les Pisani seront seigneurs de Saint Laurent du Var de 1698 à 1773.

La lignée des Pisani liée à Saint Laurent et à La Gaude s’éteint avec Charles-François-Joseph de Pisany (en Provence le i est remplacé par y) en 1826.

Néanmoins, d’anciennes familles laurentines prétendent, aujourd’hui encore, descendre des Pisani dont le destin se mêle à celui de Saint Laurent du Var.

Selon l’enquête de 1471, effectuée à la demande du roi René pour lever de nouveaux impôts, les commissaires enquêteurs établissent une liste des chefs de famille. Sont cités : pour Saint Laurent les familles Bellocii ; Bermundi, Brachii,ou Bracii et Presbiteri, lesquels complètent la liste des nouveaux habitants du XV ème siècle.

EDMOND ROSSI