sperada

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2015

REFLETS DU PASSÉ

COUVERTURE D'UN PEU D'HISTOIRE DE SAINT LAURENT DU VAR.jpg

Les bombardements de la dernière guerre ont durement atteints Saint Laurent en 1943 et 1944, environ 200 maisons détruites et 1000 endommagées.

Le pont du Var avait été touché à plusieurs reprises et le trafic interrompu. Ces circonstances tragiques avaient remis en service le vieux pont de la digue des Français. Sur l’emplacement de l’ancien pont de bois, un passage provisoire fut rétabli que la circulation automobile dût emprunter jusqu’à la reconstruction du pont routier remis en service en 1949.

Dans cette évocation du passé de Saint Laurent, accordons un souvenir au divertissement qui réunissait, au Carnaval de 1699, plusieurs habitants sous la docte présidence du prieur ou curé. Assemblés autour d’une table chargée elle-même de joyeuses bouteilles de vin muscat, les confrères de la Méduse, reconnaissables à un ruban rouge insigne de l’Ordre, vidaient force rasades. Lorsqu’un des assistants frappait la table avec son couteau chacun devait rester dans la position qu ‘il avait à ce moment sous peine de payer une amende de deux sols. Ainsi dans la mythologie, Méduse pétrifiait les malheureux qui la regardaient. Si l’un des convives lançait le cri de « Lampons » tout le monde devait vider son verre ou payer la même amende.

Pour avoir participer à ces agapes peu compatibles avec son état, le malheureux prieur fut admonesté par son évêque.

Rappelons aussi la mémoire de trois Français décédé à Nice au XIXe siècle et qui pour reposer en terre française ont demandé asile au cimetière de Saint Laurent. En 1832 le pauvre Desjobert, ancien consul général de France à Naples, atteint d’une maladie incurable, mit fin à ses jours, à Nice, en se tirant un coup de pistolet. Il dut à sa qualité d’étranger de ne pas subir le sort réservé par l ‘usage niçois au corps des suicidés qu’on exposait sur la potence.

Au contraire le général Dufriche de Valazé, ancien héros de la guerre d’Espagne, mort à Nice en 1838, reçu des obsèques imposantes. Le gouverneur de la province , Comte Rodolphe de Maistre, fils de l’auteur des « Journées de Saint Peterbourg » conduisait lui-même le deuil.

Enfin le marquis de Châteaugiron, ancien pair de France et consul de notre pays à Nice, y finissait ses jours en 1848. Sa sépulture ne fut pas cherchée au loin, la Compagnie des Pénitents de Saint Laurent l’accompagna dans le petit cimetière qu’il avait choisi pour son dernier asile.

En notre XXIe siècle où rivières et montagnes sont aisément franchies, le passage du Var n’impose plus aux gueyeurs de veiller sur ses bords. Saint Laurent, aux portes de Nice, participe à la croissance de la grande cité. Sur ses coteaux qui dominent la vallée, les amateurs de ciel clair viennent goûter un doux séjour dans la contemplation de la Baie des Anges.

Après un riche passé, l’avenir de Saint Laurent s’ouvre sur des perspectives chargées d’espoir.

Extrait du livre « UN PEU D’HISTOIRE DE SAINT LAURENT DU VAR »

Un Peu d’Histoire… évoque quelques moments du passé tumultueux de Saint Laurent du Var. De l’Antiquité à nos jours ces 70 chroniques illustrées permettent un survol varié propre à éclairer l’histoire de la région bien au-delà de celle d’un simple village provençal placé à l’embouchure du Var.

 Avant 1860, Saint-Laurent-du-Var était la première bourgade de France en Provence, carrefour historique avec le comté de Nice.

Aujourd’hui ville construite entre mer et collines, elle s'étire face à Nice le long de la rive droite du Var. Cité moderne, elle n'en oublie pas pour autant ses racines qui font la fierté de ses habitants. Le témoignage le plus probant de cette pérennité du passé reste sans aucun doute le Vieux-Village, avec ses rues pittoresques et son église romane.

Grâce à ces chroniques, Edmond Rossi nous entraîne à la découverte de l’Histoire passionnante de Saint-Laurent-du-Var. Ce livre est préfacé par René Ramella président fondateur du « Comité de sauvegarde du vieux village de Saint Laurent du Var ».

Edmond Rossi est depuis son plus jeune âge passionné par l’histoire du Pays d’Azur.

Auteur de nombreux ouvrages, il présente régulièrement des chroniques historiques dans le quotidien Nice Matin et sur les ondes Radio France Bleu Azur.

L’ouvrage illustré de 160 pages édité dans la collection « Provinces Mosaïques » par les célèbres Editions Suttonme, est en vente au prix de 22€ dans toutes les bonnes librairies de la région et disponible sur catalogue dans la France entière.

Pour obtenir un exemplaire dédicacé, téléphonez au 04 93 24 86 55.

 Savoir + :

 

http://pays-d-azur.hautetfort.com

08/09/2015

LA CONFRÉRIE DES GUEYEURS DE SAINT LAURENT DU VAR

GUEYEUR DE SAINT LAURENT.jpg

Depuis les origines des temps, le fleuve Var a constitué pour l’homme un dangereux obstacle dans sa progression côtière. Aussi, une étape s’imposait avant cette traversée délicate. Saint Laurent du Var naîtra de cette nécessité géographique.

De ce fait, les hommes occupant le site seront mis à contribution dans l’aide et l’assistance apportées au franchissement du fleuve, et ceci, jusqu’à la construction définitive d’un pont en 1792. 

A l’origine Saint Laurent du Var fut bâti au bord du Var pour en assurer la traversée. 

Rappelons que déjà en 1005 l’abbé de Saint Véran reçut une habitation dans un hameau dénommé Varum, sur la rive droite du fleuve, où Saint Laurent s’est installé par la suite.  

Au XIIè siècle un ermite se rendait chaque année sur les bords du Var avec deux chevaux pour faire passer les pèlerins se rendant à l’abbaye de Lérins. 

La création d’un hospice confié à des religieux va poursuivre cette coutume pendant les siècles suivants jusqu’au XVè siècle. « La barque de l’hospice » assurait alors le passage d’une rive à l’autre du Var.  

Au Moyen-âge, les autorités religieuses soucieuses de faciliter le flux des pèlerins circulant vers Rome et Saint Jacques de Compostelle vont garantir le passage du fleuve.  

L’installation d’un hospice sur la rive droite va satisfaire à cette exigence.  

Au XVeme siècle, après la renaissance du village repeuplé suite aux épidémies et aux pillages, il appartiendra aux nouveaux habitants, venus de la proche Ligurie, d’assurer la traversée du Var. Lorsque Saint Laurent est repeuplé en 1468 par son seigneur l’évêque de Vence, Raphaël Monso, désireux de garantir la sécurité du gué, obligation est faite aux nouveaux venus, de tenir une barque sur le Var pour en assurer le passage. Ces premiers gueyeurs laïques, dénommés « Riveraschi », vont s’organiser en corporation et  maintenir leur activité jusqu’au XIXè siècle. 

« Les gueyeurs ou barquiers doivent être des gens choisis et craignant Dieu 

Qui fréquentent les sacrements et fassent leurs Pâques chaque année, 

Qui portent un « tableau » autour de leur ceinture, 

Qui ai de la pudeur et de l’honnêteté envers les personnes du sexe, 

Qu’ils soient charitables envers les pauvres et traitables envers les autres, 

Qu’ils ne soient points abrutis par le vin pour ne pas se noyer et noyer les autres ! » 

Les Gueyeurs vont s’acquitter de leurs devoirs dans le cadre d’une une véritable confrérie soumise à des règles strictes.  

Néanmoins, au XVIIIème siècle, les services des gueyeurs se dégradent : indélicatesses en tous genres, voyageurs volés et rançonnés, prestations d’un prix exorbitant, litiges et incidents divers conduiront même certains gueyeurs jusqu’à la prison. Cette situation persiste, entraînant les autorités à confier la gestion du passage du Var à un entrepreneur privé.  

En 1760, le traité de paix de Turin impose de nouvelles règles avec un retour de la traversée du fleuve à la charge de la communauté : 

Elle nommera 12 gueyeurs « les plus propres, les plus experts dans cette fonction ». 

Ils se tiendront deux de chaque bord, depuis le lever au coucher du soleil. 

Ils sonderont et marqueront les passages difficiles avec des piquets. Les gueyeurs seront toujours vêtus décemment avec des caleçons ou ceintures  et ne pourront passer les voyageurs lorsqu’il y aura du danger. 

Ils passeront les pèlerins gratuitement. 

Le salaire est de 6 sols d’argent de France. » 

Les gueyeurs disparaîtrons lorsqu’un pont traversera enfin le fleuve de manière  

définitive en 1864. Ils avaient été durant plus de huit siècles les maîtres du fleuve.  

Laissons Smolett les décrire: «Au village de Saint-Laurent, il y a une équipe de passeurs toujours prêts à guider les voyageurs dans le passage de la rivière. Six de ces hommes, les pantalons retroussés jusqu'à la ceinture, avec de longues perches en main, prirent soin de notre voiture et, par mille détours, nous conduisirent sains et saufs à l'autre bord.» 

 Et Papon, dans son «Voyage en Provence», de préciser : «... si l'on ne passe (le Var) ni en voiture, ni à cheval, on s'assied sur l'épaule de deux hommes qui se tiennent l'un contre l'autre». 

Aujourd’hui le souvenir des gueyeurs se perpétue dans le Vieux Village par une modeste rue portant leur nom, elle relie la place de la Fontaine à la rue des Remparts.  

Récemment, en 2000, un rond point au carrefour des rues du 11 novembre, du Point du Jour et de l’Ancien Pont s’est vu paré d’une sculpture représentant une voyageuse à califourchon sur le dos d’un de ces porte-faix, acteurs glorieux de l’Histoire de la cité. 

Ces données historiques fondées sur la tradition locale ne peuvent négliger le plus illustre des gueyeurs, leur patron  Saint Christophe, qui est également celui des porte-faix dont la fête est célébrée le 21 août.  

Aujourd’hui, grâce au « Comité de sauvegarde du vieux village de Saint Laurent du Var » une « Fête des gueyeurs », célébrée en août, conserve la mémoire de ces robustes laurentins qui oeuvrèrent pour leur prochain durant quatre siècles afin d’assurer le passage du Var.  

Les gueyeurs sont une particularité exceptionnelle unique en France dont peut s’enorgueillir Saint Laurent du Var. 

 

Extrait de « Un Peu d’Histoire de Saint Laurent du Var » d’Edmond ROSSI publié aux Éditions Sutton, pour obtenir ce livre dédicacé par l’auteur, contactez : 

edmondrossi@orange.fr

22/08/2015

LA GAUDE AU MOYEN ÂGE: UN CADRE HISTORIQUE FAIT DE RIVALITÉS ET DE CHÂTEAUX STRATÉGIQUES

CHATEAU DE LA GAUDE EN 1980.jpg

L’implantation des premiers châteaux dans la région va contribuer à la création et à l'affermissement du pouvoir provençal après 972 et l'expulsion des Sarrasins.

En 1112, le dernier Comte de la première dynastie laisse deux héritières. L'une épousera le Comte Saint Gilles, d'où sont issus les comtes de Toulouse et l'autre, le Comte de Barcelone d'où descendront les Rois d'Aragon. L'histoire du Languedoc, conditionnée par la rivalité de ses deux maisons, s'achèvera en 1213 par la bataille de Muret.

Les comtes catalans, après s'être imposés dans la Provence rhodanienne, tentent vers 1116 une avancée en Provence orientale, dans les évêchés de Fréjus, Antibes et Nice en s'appuyant sur des évêques réformateurs.

Au XIme siècle, deux grandes familles possèdent le Pays de Vence, elles sont originaires de l'autre extrémité de la Provence au-delà de la Durance, ce sont les Reillane-Vence et les Orange-Mévouillon, devenus Vicomtes de Nice.

A partir de 1030, ces deux familles avaient édifié huit forteresses qui leur permettaient de contrôler la région. Les Reillane sont présents dans l'antique cité de Vence, à La Gaude et à Gattières. Les Vicomtes de Nice s'installent dans le Haut Pays à Saint Laurent la Bastide, Andon, Majone (proche de Gréolières), Coursegoules, ainsi qu'au sud à Cagnes.

La révolte des seigneurs orientaux, opposés à la main mise du nouveau pouvoir comtal, va se manifester successivement en 1125-1128, 1143-1162. En 1176, alors que se construisent Cannes et Lérins, les Consulats de Grasse et de Nice sont confirmés.

  

Entre 1176 et 1179, la noblesse rebelle qui s'était alliée aux sires de Grasse, sera mise au pas par l'évêque d'Antibes qui soumet la frange côtière jusqu'à la seigneurie de Vence. Les forteresses de l'ennemi sont confisquées ou rasées. A la même époque, des soulèvements s'opèrent dans le diocèse de Fréjus.

Vers 1188-1189, plus au nord, une campagne éclair est durement conduite contre les Princes rebelles de Castellane. La rapidité et l'efficacité de cette opération aboutissent, après une vaine résistance à Salernes, au siège de la citadelle de Castellane.

C'est en 1189 à l'occasion d'un séjour à Nice que le Comte Alphonse 1er confirme le Consulat.

Après l'installation des Templiers à Grasse vers 1196, le Consulat de cette ville rencontre des difficultés avec les nobles du Haut Pays.

Les révoltes qui vont s'opérer contre le pouvoir comtal de 1196 à 1216 seront plus opiniâtres. Elles s'étendent d'abord de 1208 à 1213 du diocèse de Fréjus à celui d'Antibes, pour atteindre ensuite la région niçoise.

Ces opérations vont entraîner dans les deux camps la construction d'un total d'une douzaine de châteaux et la destruction d'une dizaine d'autres.

Après l'échec du parti génois à Nice en 1210, la ville entreprend une guerre contre Gênes. Le Comte lutte également contre Gênes de 1215 à 1218 et doit faire face à la révolte des Consulats de Nice et Grasse, il interviendra également à Vintimille dans le cadre de cette action.

De la fin du XIIème siècle au début du XIIIème, les Chevaliers de la Provence orientale mettront chaque fois à profit les difficultés du pouvoir central occupé ailleurs et, particulièrement au Languedoc, pour tenter de s'émanciper de sa tutelle. Ces engagements militaires aboutissent à l'édification de châteaux dits de siège, destinés à bloquer les forteresses des rebelles, ces châteaux sont tenus par des moines/soldats Hospitaliers ou Templiers, alliés loyaux du Comte, lui évitant d'amoindrir ses forces.

Les châteaux conquis ou construits par le Comte sont, après la bataille, attribués à des fidèles parmi lesquels les Ordres religieux et militaires, les abbayes et les évêques.

Dans le diocèse de Vence au début du XIIème siècle, après que Majone fut abandonné au profit de Gréolières et que soient créé Gaudelet (La Colle sur Loup) et Saint Paul, de nombreuses constructions s'opèrent d'une part au nord-est avec les châteaux de Carros, Olive et Dos Fraïres (Deux Frères) et à l'ouest avec Courmes, Tourrettes et Malvans et enfin au sud-est avec Agrimont vers l'embouchure du Var.

Les guerres entre les comtes de la Maison de Barcelone et la grande aristocratie provençale atteignent le Pays de Vence au début du XIIIème siècle, modifiant la répartition des châteaux.

Ainsi à Andon, une forteresse confiée aux Hospitaliers assiège le château rebelle d'Andon, bientôt abandonné par son seigneur qui construit à proximité sur le fief qu'il conserve. L'ancien site sera le futur Thorenc. Pareillement, le siège de Gréolières aboutit au partage de la seigneurie. Enfin, vers le bord méridional du Var, Agrimont détruit est remplacé par le château de Puget. De plus, Romée de Villeneuve, officier du Comte, installe dans le val de Cagnes la bastide de Cagnettes.

La partie méridionale du Pays de Vence est rapidement conquise par le Comte, refoulant les aristocrates résistants dans le Haut Pays sur des positions défensives le long du bord des plateaux. Là, s'établissent sur les hauteurs une ligne de points fortifiés antérieurs renforcés pour l'occasion : Olive, Saint Laurent la Bastide (Baou de Vence), Malvans, Courmes auxquels s'ajoute le Castellet bâti au-dessus de la vallée de la Cagnes au bord du Baou de Saint Jeannet.

Pour s'opposer à cette ligne de résistance, le Comte édifie autant de châteaux verrous : sous Olive il place Le Broc, face au Castellet, il dresse Saint Jeannet, devant Saint Laurent la Bastide et Malvans, il fortifie les églises de Saint Martin et de Notre Dame de Crottons à Vence, contre Courmes il installe les Courmettes. Ce blocus stratégique sera complété par Bézaudun, Bouyon et les Valettes (près de Tourrettes-sur-Loup) qui apparaissent à cette occasion.

Après la soumission totale de la région en 1231, le Comte confie l'ensemble du Pays de Vence au fidèle Romée de Villeneuve qui affirme son autorité sur le territoire, en bâtissant le prestigieux château qui portera son nom : celui de Villeneuve. A la mort de Romée en 1251, les castra de Villeneuve, du Loubet, de Cagnes, Cagnettes et du Gaudelet seront remis à Charles 1er, Comte de Provence.

Quinze châteaux ont été construits à l'occasion de la guerre de conquête, leur présence génère vingt sept seigneuries au milieu du XIIIème siècle.

Les crises du XIVème siècle vont vider certains villages comme Bouyon, Dos Fraïres, La Gaude, le Puget, Malvans, Courmettes qui ne seront plus recensés dans l'affouage de 1471. C'est aussi au XIVème siècle que le château de Trigans apparaît sur le territoire déserté de La Gaude. De même, au bord du Var, après la disparition du château de Puget, l'évêque de Vence, fondera en 1468 le nouveau village de Saint Laurent du Var autour de l'hospice du gué. Gaudelet va se détacher de Saint Paul pour former le village de La Colle.

 Le XIVème siècle qui coïncide avec le règne de la Reine Jeanne, sera celui des destructions. Se succèdent la peste (1348-1350), le pillage des bandes armées (1357), la famine (1364), la guerre d'Union d'Aix (1383-1388), de nouvelles incursions de brigands et de pirates (1390-1400). Suivra une reprise de la peste milieu du XVme siècle de 1451 à 1470.

 Après ces grandes périodes de troubles, le redressement débute dès le milieu du XVme siècle par la reconstruction et le repeuplement des villages inhabités de douze seigneuries des diocèses de Vence et Grasse. Entre 1460 et 1520, c'est un total d'une vingtaine de villages qui renaissent parmi lesquels La Napoule, Mons, Le Tignet, Cabris, Mouans-Sartoux, Vallauris, Valbonne, La Colle, La Gaude et Saint Laurent du Var.

   

Pour en savoir plus sur les châteaux du Moyen-âge de la région voir :

  

http://pays-d-azur.hautetfort.com/archive/2015/06/04/chateaux-du-moyen-age-des-alpes-maritimes-5633928.html